Header Image

Kim Thuy

Kim Thúy a quitté le Vietnam avec les boat people à l’âge de dix ans et s’est installée avec sa famille au Québec. Diplômée en traduction et en droit, l’écrivaine a travaillé comme couturière, interprète, avocate et propriétaire de restaurant. Kim Thúy a reçu plusieurs prix, dont le Prix littéraire du Gouverneur général 2010, et a été l’une des quatre finalistes du Nobel Alternatif en 2018. Ses livres, dont les ventes montent à plus de 765 000 copies partout dans le monde, sont traduits en 29 langues et 40 pays et territoires. Kim Thúy vit à Montréal et se consacre à l’écriture.

 

 

 

 

(crédit photo: Carl Lessard)

Et si l’amour d’une culture passait par l’apprentissage d’une langue?

On désigne celui ou celle qui apprend un.e élève parce qu’il/elle ne fait pas qu’apprendre. Il/elle est élevé.e par l’enseignant.e, soit une personne qui lui transmet des connaissances mais surtout, elle lui ouvre de nouvelles portes, l’accompagne vers un nouvel horizon, lui présente une nouvelle culture.

Chaque élève suit son/sa enseignant à son rythme. Certains avancent en sautillant dans la joie, en courant à toute vitesse, en plongeant tête première, d’autres en observant les papillons, en comptant les marches, en dessinant les minutes. Ensemble, ils/elles forment une mosaïque unique qui donne corps et couleur aux mots tels que ‘immersion’, ‘résilience’, ‘adaptation’. Pas à pas, défi à défi, mot à mot, une langue soudainement se révèle et une culture est transmise avec le souvenir d’un sourire spontané, d’une joie profonde, d’un amour inoubliable.